AINSI VINT LA NUIT

Le premier vendredi de l'automne finit doucement.

P1060381bis 1

Il nous reste maintenant une soirée à vivre ensemble, dans les murs du Château de Mouans-Sartoux, qui fièrement ouvre ses portes, et voit lentement mais sûrement la salle des conférences s'emplir de visages et de sourires.

  

 

Geneviève Bertand, P1060333bis la poète coudoucène, venue de belles terres proches de la cité phocéenne, ne laisse pas tranquilles les esprits:

 

       Ne pas partir

       Ne pas fermer le portail qui grince

       Rester

       accrochée à la falaise

       suspendue à h auteur du tilleul

       Le soleil comme une deuxième peau

       (...)

 

       Est-ce trop?

       La beauté me gifle comme une vague à chaque réveil

       Vertige

       (...)

 

       D'une seule feuille

       le tilleul fait basculer l'été

       Heure oblique qui fait surgir des reliefs imprévus

       Clarté du cœur

       de l'âme

       du regard

P1060356 bis

Et il fallait la souple et gracile flûte traversière de Christine Lacombe pour marcher à côté d'elle sur les chemins de petits matins.

 

       Ouvrir

       la maison haute

       Cueillir

       la certitude de la falaise

       matrice de soleil et de la lune

       Ouvrir le volet chaque matin

       dans une lumière de chèvrefeuille

       (...)

 

       Je suis là,

       indiscrète,

       voleuse de bonheur

       Dans un frémissement

       le tilleul accueille

       l'immense

       l'immobile

P1060352 bis

Quatre-vingt douze regards gardent leur être tourné vers les mots qui dansent une valse lente, séparés par la ligne douce des notes de la flûte:

P1060358bis

       Partir

       Laisser un éclat d'âme collé

       entre porte et chambranle

       Fermer le portail qui grince

       Partir

       (...)

 

       D'abord vient le cri non crié

       Resté silencieux à l'heure de la perte

       de la mort

       de l'abandon

       de l'injustice

       du déni

 

Les souffrances accumulées quittent la grande pièce pleine de musiques. Il y a la force heureuse du partage des fruits de la beauté. Nous vivons une aube claire.

P1060376bis

       Exil

       Il est en exil l'homme

       sous un autre ciel

       et son désir

       comme entravé

       son désir

       sous le signe de l'eau

       quand il réclame le feu

 

       Obscur

       son regard

       (...)

 

       Jeu d'ombres

       et de mémoires

       reportées

       déjouées

       réinventées

P1060339bis

Les minutes s'écoulent, hors des désordres du monde

Nous voici passagers d'instants de la vie vraie.

 

       Il est quinze heures

       Obus de lumière au ras de l'herbe

       Eclaboussure en plein visage

       Temps mêlé

       Heure d'attente et d'écoute

       (...)

 

       Mal au profond des reins

       comme à la racine du souffle

       Est-ce mal à la vie?

       souffrance silencieuse

       à l'intérieur des organes

       comme un enfantement

P1090496bis 1

Les applaudissements, et tous ces yeux qui disent merci à Geneviève Bertrand et Christine Lacombe sont le signal du passage à vos mots qui s'enhardissent, et viennent se cogner sur les murs épais du Château.

  P1060564bis             

Tour à tour P1060392bisIrène Leneuveu, P1060407bisMyriam Holley,

P1060399bisMaryse Dutouya, P1060426bisMarie-Solange Raymond,

P1060449bisEva-Maria Berg, P1060442bisMarie-France et Frédéric Dion,

P1060460bisMichel Orion,

P1060468bisDavid Cardoso,

P1060419bisLouis Champavier,

P1060381bis 1votre serviteur et

P1060488 bisMichèle Freud vont lire, déclamer, chanter, et partager leurs émotions devenues sonorités.

P1060523bis

Puis voici le moment tant attendu, où la belle et apaisante soprano antiboise Deborah Bellevy va, par trois fois, nous emmener dans les chambres de la beauté calme et mélodieuse, en complicité d'art avec le magnifique pianiste et chef d'orchestre Patrick Nebbula.

P1060516bis  P1060505bis  P1060495 bis

Voilà.

Nous étions des évadés du quotidien, en route vers la contrée où nous voudrions rester.

 

Ainsi vint la nuit.

 

P1060582bis

Autour du buffet calme et joyeux, où chaque bruit, chaque voix mélangée aux autres, est un appel à revenir.

 

P1090561bis

Pierre-Jean Blazy

Les poèmes de Geneviève Bertrand sont extraits de son recueil "l'impatience du tilleul (éd.de l'Atlantique en 2012), de textes publiés par la revue Filigranes en 2013, et certains sont inédits.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×