UN RICHE AGENDA     REVUE DE PRESSE 

                  Des amis & des liens

 
 
                     INTERVIEW sur AGORA FM
 
 
 
lma.jpg     Antoine Simon, soirée du 23 septembre 2016       blazy.jpg
 

                                                L'AUTOMNE PETIT ENFANT

 

 

L'été était encore vivant et l'automne petit enfant.

Le Château bruissait, se remplissait de vos sourires, de vos regards.

 

La salle est comble.

Antoine Simon entre en scène:

 

 

                                                Tout marche tout va                      

                                                vers l'horizon qui est là-bas

                                                noyé dans un brouillard austère

                                                tout va tout marche sur la terre

                                                dans un enchevêtrement de gala

                                                                (...)

 

                                                En crèche

                                                tes lèvres distribuent

                                                aux portes sans nombre

                                                la sève

                                                la liqueur des chagrins postérieurs

                                                                (...)

 

Nous sommes dans les mondes de l'ombre, avec la voix forte, envoûtante d'Antoine Simon

qui emmène les mots, et les mélodies douces et fortes à la fois du saxophone de Caterine Naget-Polo.

 

                                                Comme des huiles féodales

                                                au créneau

                                                les cerveaux ébouillantent le corps

                                                les yeux sont glauques

                                                les voix rauques

                                                n'osent plus se montrer

                                                et les doigts

                                                agiles comme des baguettes de fée

                                                veulent strier les pages d'ornements inutiles

                                                pour qu'un nom soit conjugué

                                                dans les mâchoires

                                                des grandes villes

                                                                (...)

 

 Il y a l'incandescence. Il nous faut attendre demain, mais je veux l'attendre en écoutant le verbe

se déplier, la musique se dilater.

 

                                                La terre entière présente un visage maigre

                                                ravagé d'automnes de pluies de crainte

                                                des yeux rouges des lèvres blanches

                                                et des soleils fanés pour réchauffer la vie

                                                                (...)

 

                                                des joies volées engourdies par instant

                                                sur les glaces froides droites

                                                sur les masses de bambou mort

                                                accrochent le soleil

 

                                                un arbre

                                                un chêne

                                                alphabet du paysage

                                                                (...)

 

C'est un vœu, une chambre obscure qui lentement s'éclaire.

Et vos visages suivent les circonvolutions du poète-acteur.

 

                                                Oiseau

                                                larme des arbres aux doigts fourchus

                                                sur le visage

                                                de l'ingénue forêt sans âge

                                                que déjà l'on aperçoit plus

                                                                (...)

 

                                                Je suis le dernier des prodiges

                                                l'enfant prodigue qui se fige

                                                mon corps entier n'est qu'une digue

                                                où s'amassent tous les vertiges

                                                                (...)

 

                                                à chaque berge l'on me cogne

                                                mais j'émerge dans les festins

                                                tous les serments sont des charognes

                                                je vais d'Amsterdam à Cologne

                                                courbé en deux dans mon destin

                                                                (...)

 

 Nous sommes dans les ors des champs.

Avant de saluer nos cœurs ouverts, Antoine Simon livre son dernier mot, après la douce,  la mélodieuse fureur du saxo de Caterine Naget-Polo.

 

                                                Ta jambe repliée sur mon cou

                                                ton cœur replié sur la nuit

                                                mes yeux repliés en toi-même

                                                et l'écho tragique de l'ombre

 

 

Puis c'est une scène ouverte apaisée, et de vraie qualité, avec vos talents réunis et vivifiants, qui s'installe devant nous.

 

Regardez et écoutez Madeleine-Marie Davaine, Patrice Alzina, Michel Orion, Louis Champavier, Jackie Raimondi, Fabien Tomatis et Brigitte Broc...

 

Regardez et écouter votre serviteur, Irène Leneuveu, Muriel Brosset et Laurenne Nocq...

 

Regardez et écoutez Michèle Freud, notre conteuse poétisante, avant le chant final, magistral, de poésie chantée et de mélodie créée du guitariste auteur-compositeur-interprète Lobsang.

La lourde haleine du temps s'est enfuie.

Il y a la pureté de la nuit.

 

Pierre-Jean Blazy

 

 

                                                               

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×