AUCUN ETE N'EST ETERNEL

 

L'automne doucement a pris possession du Château.

Il y a le bruissement de paroles lentes, apaisées.

Trio d'artistes

La voix de RenoufGilbert Renouf

emplit le bois et les pierres de la grande salle aux cent regards.

 

                                 Allons regarde il ne fait pas déjà nuit

                                 il n'est pas dit d'ailleurs

                                qu'il y ait une nuit semblable à tes cauchemars

                                où tu la verrais emporter avec elle

                                la foule froissée de vos rêves

                                comme les draps après les corps

                                                         (...)

                                Aux projets d'une vie, j'oppose la vie offerte

                                je ne mesure ni le temps ni l'espérance

                               acier doux du ciel

                               et le velouté d'un nuage rose

                                                          (...)

 

Le long train de la poésie a quitté la gare. La flûte altière de FluteCécile Chassoulier accompagne ce voyage dans la musique des mots et des émotions.

 

                             Nos éternités sont venues de loin

                             il m'aura fallu une vie pour apprendre à ne pas crier

                             une autre pour savoir attendre

                             une autre pour laisser être

                                                           (...)

                             Quand elle vient vers moi avec ce sourire

                             quelque chose d'invisible la précède

                             s'empare de mon corps

                             comme la lumière d'une grâce

                             qui ouvre la joie

                             et efface les ombres

                                                         (...)

 

Les applaudissements fusent après chaque prose, après chaque musique.

Maintenant sur la scène s'avance Rémy Durand.Rémy Durand

 

Elle voulait partir. Pour que son regard atteigne les nuages,

encore plus loin peut-être, pour que son chagrin s'apaise, pour

parler là-haut, puisqu'ici elle ne le pouvait pas, pour écrire là-haut,

des mots dans un ordre parfait, puisqu'ici elle avait tant de mal à le faire

                                      (...)

Laisse moi, je dois partir, ne viens pas, mais viens avec moi dans mon rêve, si tu veux bien.

                                      (...)

 

CécileLes mots se rassemblent.

La flute enchantée court, frivole, entre les mots, pendant les rêves, jusqu'aux tourelles du château.

 

                            Il est trop tôt pour aller dormir

                            Naïa s'allonge sur le lit dans un éclat de bonheur

                            c'est mon royaume...

                            elle l'invite à le rejoindre

                            ils ne disent mot

                            ils écoutent le bruit des vagues au loin

                            ils ne veulent pas devancer le temps

                                                      (...)

                            Demeurer dans l'immobile

                            y prendre attache comme dans une crique solitaire

                            ceinte de plages secrètes et d'anses inconnues

                                                     (...)

 

la salle

Les regards sont suspendus, et chaque mot est bu avec délectation. C'est une avalanche d'émotions

vécues qui sont dégustées par l'esprit. Rémy Durand poursuit:

 

              Je le dis: nous conduisons tous notre troupeau dans le désert. Nous sommes tous, un jour, en un lieu précis du désert, en un parage lumineux, loin, très loin des hommes, des villes, des fracas, des déflagrations

                                                               (...)

             Je le dis: nous nous sommes manifestés à nous-mêmes, pour donner un sens à notre respiration, à notre chair, aux battements de nos cœurs (...)

            Nous voici, bergers des ombres dans la lumière du désert, bergers qui sauront construire la demeure imaginaire

                                                               (...)

 

Après ce magnifique duo de poésie, vient la richesse différente de la scène ouverte: la fraicheur et la diversité de vos voix qui se succèdent.

Maria SalamoneMaria Salamone,

MurielMuriel Brosset,

David CardosoDavid Cardoso,

IrèneIrène Leneuveu,

BernardBernard Féraud,

MagdaMagda Igyarto,

PianoPhilippe Molino,

PierrotPierre Kozlowski,

DanielDaniel Galand,

François MarinFrançois Martin,et

AlzinaPatrice Alzina

font vibrer des textes originaux, enlevés, qui vont du rire aux larmes, qui sont toujours dans l'émotion partagée.

 

La nuit est tombée.

C'est le crépuscule.

La soprano sopranoVanina Aconina nous régale de sa voix pleine et chaude, et pour quelques minutes encore, la beauté est parmi nous.

 

     P1100605bis      PJB et la soprano  

Place désormais aux agapes veloutées, à tous ces sourires échangés, à ces discours entre amis.

Buffet

C'est le début d'un bel automne.

Aucun été n'est éternel.

M. Le Maire et les artistes

Pierre-Jean Blazy

 

 

 

COMPTE RENDU poesie mots d'azur chateau chateau.mouans-sartoux

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×