BLOG

  • LA VIE EST-ELLE DE POURSUIVRE LE VENT ?

    En ce début d'année, chacun regarde son ciel à venir...

    Il est temps, désormais, de célébrer ensemble la nouvelle année, et de lui insuffler dans l'âme poésie et musique.

    C'est en la belle compagnie de Marion Lafage, poète en la haute cité d'Embrun, la Nice des Alpes, que nous allons nous retrouver le vendredi 4 février 2022, à 19h , dans la grande salle Léo Lagrange, au coeur de Mouans-Sartoux, la belle provençale (111 allée des Ecoles - passe sanitaire requis).

    Au violon, Nadine Miccio, qui en septembre avait empli tout l'espace de ses cordes vibrantes, accompagnera en majesté le verbe fort et surprenant de Marion Lafage.

    Puis, comme vous l'aimez, la scène deviendra ouverte, juste avant que l'étonnante soprano Sarah Caussé vienne poser son inapaisable souffle et sa voix colorée sur notre envie de beauté.

    Venez inaugurer février avec des mots d'azur !

    La joie est-elle fumée ?
    La vie est-elle de poursuivre le vent?
                         (...)
    Pourtant je ne désire pas l'or
    ni le séjour des morts
    Mais la rosée et le vent
    Les brêches de lumière

                  (PJB)

    Pierre-Jean Blazy

     

  • LE REGARD DE L’ENFANT

    Vendredi 26 novembre 2021

    C’est un vendredi de fin d’automne, où la lumière depuis longtemps s’est installée.

    Img 0312bis

     

    La nuit désormais entre en la ville, alors même que Gérard Pons descend de la scène pour s’adresser à un public de soixante personnes, malgré ces temps incertains.

    Gerard pons et filipe monteiro

     

    Il faudra mettre
    une pétale de rose
    dans les pages d’un livre
    pour assurer l’éternité

    (…)

    La feuille serait-elle
    l’âme du présent
    comme le regard de l’enfant
    dans lequel s’efface le temps

    Filipe monteiro guitariste compositeur

     

    La guitare ondulante du maitre en musique, Filipe Monteiro, colore les mots du maitre-graveur, et poète :

    La fixité de la pierre
    assurera l’inévitable trace
    du passage du temps
    (…)

    Parfois la mort se tue
    dans un silence oblique
    quand les roseaux respirent
    à la caresse du vent

     

    Le public est capté par les mélodies de mots mêlées de guitare.
    C’est un nectar qui se déverse sur la belle salle Léo Lagrange aux lumières tamisées.

    Un peu de pain
    reste sur la table
    Dehors les frênes
    décomptent les jours
    Les brebis bêlent
    dans l’enclos protecteur
    (…)

    Que reste t-il de la feuille morte,
    du vol des oies sauvages,
    de l’eau sous le pont
    que reste t-il des traces
    sur ton visage
    sur ton coeur ?

    C’est une définition du bonheur que de se laisser emporter par les deux artistes qui s’interrogent et se répondent, dans un dialogue en majesté.

    Pierre jean blazy gerard pons et filipe monteiroLes applaudissements crépitent et la scène ouverte s’ouvre, en présence de Véronique Icart, Muriel Brosset, Claude Labadie, Philippe Mallet, Anna Ostrovskaya, Alexia Aubert, Cédric Jacob, Phally Griffon, Jackie Raimondi, Marion Lafage, votre serviteur, Marie Gay et Patrice Alzina.

    Veronique icart poete 1

    Véronique Icart

    Muriel brosset poete

    Muriel Brosset

    Claude labadie poete

    Claude Labadie

    Philippe mallet poete

    Philippe Mallet

    Anna ostrovskaya poete

    Anna Ostrovskaya

    Alexia Aubert - poète

    Alexia Aubert

    Cédric Jacob - poète astronome

    Cédric Jacob 

    Jackie Raimondi - poète

    ​​​​​​​Jackie Raimondi

    Marion Lafage - poète

    ​​​​​​​Marion Lafage

    Pierre jean blazy 1

    Pierre-Jean Blazy

      Marie Gay - poete

    Marie Gay

    Patrice alzina 7

    Patrice Alzina

       
             
             

     

    Puis c'est le moment de grâce.​​​​​​​​​​​​​Marie Thurneyssen

    La blondeur et le chant magnifique de Marie Thurneyssen envahissent l’espace et le temps, et nous emmènent par la main dans le Brésil mystérieux et envoûtant ;

    Marie Thurneyssen et Filipe MonteiroAu cœur du cœur du chagrin, et de l’amour flou.

    La lumière devient bleutée, la lenteur vive, et une porte s’ouvre sur les inapaisables désirs.​​​​​​​Img 0382bis

     

    Pierre-Jean Blazy

  • C’EST UNE FOLIE D’ECRIRE

    Vendredi 10 septembre 2021

    Ce matin est né un jour de soleil franc, et notre invité, venu de Lyon s’avance vers la scène, avec Marion Lafage à ses côtés.

    Et la salle Léo Lagrange est assez vaste pour recevoir tous ses mots, donnés à un public attentif aux phrases qui parcourent les travées.

    Pierre jean blazy nadine miccio marion lafage patrick laupin

    Patrick Laupin parle :

    Pour écrire il suffirait un jour de se lever
    et d’oser enfin parler. Mais il est difficile 

    de dire les choses les plus simples (…).
    J’aime le grand rêve d’une fenêtre ouverte.

    Dans une goutte de rosée je vois le secret d’un monde
    que l’on a jamais bien pu éclaircir.

    Aucune personne vivante n’est inutile.

                      (…)

    Nadine miccio aux mots d azur

     

     

    Nadine Miccio sait faire mieux que personne parler son violon, ample et généreux comme un vol qui monte au ciel. Sa mélodie en appelle une autre qui emplit tous les esprits.

     

     

     

     

     

     

     

    C’est une folie d’écrire, ombre dédoublée des
    premières vies anciennes(…). C’est le retour de loin, le
    codicille des parents, le maudit soupir des pèlerines sur

    la route, le petit gardien d’oies près du moulin (…)

    La tristesse des dieux me tombe dessus comme un mur

    ou une pluie m’arrêtent.
                     
    (…)

    Ici la nuit n’est pas encore tombée sur nos âmes, et la ferveur reste reine quand le violon sublime toutes les émotions retenues qui se libèrent enfin.

    Marion lafage et patrick laupin

     

     

     

     

     

     

     

    Quand la vérité vient, elle dit tout.
    C’est par mon silence que j’arrive et j’étudie en frère.  Malgré l’aurore impossible de la terre, le vide est un  bien. Je connais sa splendeur. N’ayez pas peur. Le silence protège nos faiblesses.
                                       (…)

     

     

     

     

    Patrick Laupin est un buveur de ce  vent qui chasse la brume avant qu’elle ne revienne. Lui et Nadine Miccio sont un duo qui retarde de quelques lunes la rousseur de l’automne.

    Patrick laupin aux mots d azur

     

    Longtemps ces mots vont résonner dans nos esprits.

    Est-ce-que j’essaie de guérir de mélancolie en écrivant ?
    Un peu je crois (…). Mais vient toujours à ma rencontre
    cet hiver arrêté devant ma peine quand l’écriture devrait permettre
    de se rencontrer. Dieu ou Poème. Si vous existiez, vous défendriez mon corps
    et mon sens et vers vous j’accourerais.

                                         (…)

     

     

     

     

    Après l’intensité du mariage consommé des mots et des cordes du violon, la scène ouverte est un berceau de fraîcheur et de styles différents. Véronique Icart, Cédric Jacob, Marion Lafage, votre serviteur,Marie Gay, Muriel Gimenez et Patrice Alzina viennent partager leurs créations, pour certaines estivales, dans la joie qui crépite, et le plaisir non dissimulé de se retrouver.

    Veronique Icart PoeteCedric jacob poeteMarion lafage aux mots d azur

     

     

     

     

     

    Véronique Icart                                          Cédric Jacob                                    Marion Lafage   

     

    Marie christine gayMuriel gimenez poetePatrice alzina 6

     

     

     

     

     

                             Marie Gay                                              Muriel Gimenez                                      Patrice Alzina 

    C’est alors que surgit Krizta Salat, comme un couronnement de cette soirée captivante.

    Krizta salat

     

    Elle est habillée de sa voix incomparable, avec au piano Laure Temporale,

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    et à troisKrizta salat et Laure temporale reprises, notre Carmen de Hongrie va ravir son public
    en descendant à sa rencontre,
    et jeter dans le cosmos infini tous les crépuscules du tourment.

     

     

     

     

     

     

     

     

    10 sept 2021 le final

    Patrick laupin

     

     

     

     

     

    Ne restait plus alors que les consolations terrestres, qui prenaient la forme d’un généreux et savoureux buffet partagé.

     

     

     

     

     

     

    Nous ne pouvions laisser Patrick Laupin rejoindre la capitale des Gaules sans vivre un atelier d 'écriture animé  par ses soins.

    Atelier d ecriture avec patrick laupin

     

     

     

     

    C 'est ainsi que le lendemain à  10h dans la salle à  manger du Château de Mouans-Sartoux, douze apôtres se sont retrouvés pour vivre deux heures trente d'une rare intensité. 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ces deux partages étaient de la couleur de  l'été. 

    Ils resteront gravés dans la nuit méditerranéenne qui emporte nos rêves.

    Pierre-Jean Blazy

  • CETTE PIERRE DE PUMA QUI FLAIRE LE FLEUVE

    Gilbert renouf et alain romagnoli les mots azur 11 juin 2021

    VENDREDI 11 JUIN 2021 A MOUANS-SARTOUX

    Pierre jean blazy les mots azur 11 juin 2021

    L’immense salle Léo Lagrange s’anime enfin.

    Les poètes et amateurs de poésie sont là, préférant aux rayons d’un soleil finissant lres projecteurs braqués sur Gilbert Renouf, venu depuis Toulon ressusciter Rémy Durand et sa poésie inoubliable :

                                                                                                                                  Elle dit tu es mon éternel reviens mon pérenne
                                                                                                                                  l’autre je l’aime mais c’est brouillard
                                                                                                                                  ce sont ces petits nuages qui passent dans mes 
                                                                                                                                  gestes
                                                                                                                                  à l’époux elle dit tu es mon plus beau
                                                                                                                                  mon plus aimé
                                                                                                                                  tes rides plus encore vieillir avec toi
                                                                                                                                                                   (...)

    Alain romagnoli les mots azur 11 juin 2021

    A ses côtés, le guitariste Alain Romagnoli fait vibrer les cordes d’une façon unique.

    La mélodie s’enroule autour de ses doigts et subjugue le public.

                                                                                                                                 Je me souviens de Caracas Venezuela    
                                                                                                                                 Je me souviens d’une pierre vivante et primitive
                                                                                                                                 pierre sonore d’eau et de révolte
                                                                                                                                 d’enfance entêtante et têtue
                                                                                                                                 pierre solaire
                                                                                                                                 Je me souviens de cette pierre de puma
                                                                                                                                 qui flaire le fleuve
                                                                                                                                                                       (...)

      Dans la ville le temps est comme arrêté.
      Femmes et hommes prennent le temps de convoler en poésie.
      Le jour s’attarde pour ne pas en perdre une miette.


                                                                                                                                Autrefois , il y a très longtemps, tu habitais à
                                                                                                                                l’intérieur de pierres en cercle, et prenais contact                  
                                                                                                                                avec le cosmos, avec les énergies de l’en-haut, la nuit
                                                                                                                                sous un ciel piqué d’étoiles
                                                                                                                                                                       (…)

    Voici que les notes prennent le pas sur les mots.
    Voici les mots ardents qui à leur tour emportent la musique, dans une danse endiablée qui ressemble à l’été.

    Gilbert renouf les mots azur 11 juin 2021

                                                                                                                                          Je suis né à Caracas, un jour d’aguacero, l’orage sud-
                                                                                                                                          américain qui s’abat en déluge d’eau nouée d’éclairs 
                                                                                                                                           et de tonnerre, dont je découvris, durant mon enfance
                                                                                                                                          vénézuélienne, la fascination et l’effroi et dont je
                                                                                                                                          retrouvais plus tard, en Colombie et en Équateur                     
                                                                                                                                          l’indicible bonheur, le plaisir d’un cataclysme à la fois                 
                                                                                                                                          minéral et vegétal, cosmique et sidéral qui convenait à             
                                                                                                                                          mon penchant pour le tragique et les sensations                     
                                                                                                                                          extrêmes.    


    Une vague fraîche d’applaudissements emporte cet hommage vers son destinataire.
    Rémy Durand est là avec nous sur la scène, comme ce 22 septembre 2017, avec Gilbert Renouf et la pianiste et flûtiste Cécile Chassoulier ,
    puis aujourd’hui avec Alain Romagnoli et sa guitare émerveillée.

    Reste encore longtemps avec nous, toi le poète des mers du Sud !


                                                                                                                                                        *****************************


    En ce vendredi de presqu’été, la scène ouverte s’est réduite pour mieux se tourner vers la félicité.

    Madeleine marie davaine les mots azur 11 juin 2021Veronique icart les mots azur 11 juin 2021Maria salamone les mots azur 11 juin 2021Philippe mallet les mots azur 11 juin 2021
    Madeleine-Marie Davaine,               Véronique Icart,                    Maria Salamone,                Philippe Mallet,       

    Anna Ostrovskaya,

    Cedric jacob en duo avec claude labadie les mots azur 11 juin 2021Cedric jacob les mots azur 11 juin 2021Claude labadie les mots azur 11 juin 2021

    Cédric Jacob en duo avec Claude Labadie,

    Patrice alzina les mots azur 11 juin 2021

    et enfin Patrice Alzina

    nous entraînent vers leurs mondes meilleurs et vers la vie aussi tout simplement.

     

    Vanessa fouillet les mots azur 11 juin 2021

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cela avant que la vibrante soprano Vanessa Fouillet, admirablement accompagnée au piano par Renaud Moutier nous fasse visiter les cieux peuplés de sa voix inimitable.

    Vanessa fouillet et renaud moutier les mots azur 11 juin 2021


    Nous ne voulions plus en revenir.

    Vanessa fouillet et renaud moutier et pierre jean blazy les mots azur 11 juin 2021

    Et pourtant les soirs au paradis finissent.
    Tout ce qui nous submerge reflue vers nos gouffres de légèreté.

    Vienne l’été et la nuit gouvernée par la lune.
    Puis septembre allumera ses feux.            

    Pierre-Jean Blazy

  • TEMPS INCERTAINS

    Je me souviens de Caracas Venezuela
    Je me souviens d’une pierre vivante et primitive
    pierre sonore d’eau et de révolte
    d’enfance entêtante et têtue
    pierre solaire
    Je me souviens de cette pierre de puma
    qui flaire le fleuve

                (Rémy Durand)

    Si, pour mes vœux, j’ai décrété 2021 année de l’espoir, force est de constater que ce dernier est long à se dessiner.

    Et que le nouvel an, à l’heure où j’écris ces lignes, n’apporte rien de nouveau.
    Notre 31 janvier ne pourra donc avoir lieu.

    Alors, lassé de ces reports successifs qui font remonter au 18 septembre 2020 notre dernière soirée, j’ai décidé de vous donner rendez-vous au jour prévu de ce qui devait être notre deuxième rencontre de l’année : le vendredi 28 mai.

    Espérons que le printemps déjà bien installé aura éloigné la cause de nos maux.

    Mais si ce rendez-vous est honoré, il interviendra dans la vaste salle Léo Lagrange, plus propice au respect strict des prescriptions sanitaires.

    Et il réunira les invités prévus le 27 novembre 2020.
    Je reste résolu à rendre cet hommage digne et nécessaire à notre ami et valeureux poète Rémy Durand, trop tôt disparu et bien présent dans nos mémoires.

    Et qui mieux que Gilbert Renouf, son ami proche et successeur à la tête des éditions Villa-Cisneros, pouvait, par sa voix, le lui rendre, dans un duo avec le guitariste Alain Romagnoli ?

    La vibrante et tant espéré soprano Vanessa Fouillet a, quant à elle, maintenu son accord pour être parmi nous, aux côtés du pianiste Renaud Moutier.

    Alors, courage et confiance, mes amis.
    Vous connaissez ma détermination et elle ne faillira pas.

    Les mots redeviendront azur, et la poésie, éternelle reine des arts, triomphera, au milieu de nous !

    Pierre-Jean Blazy

    Lire la suite

  • Buffet du 10 septembre 2021

     

    1280px wikibar buffet 001

                    EN ACCORD AVEC LA MAIRIE                 

    Après notre soirée musicale et poétique du 10 septembre 2021, l'association Les Mots d'Azur sera heureuse de vous accueillir lors d'un buffet

    Tarif : 12 Euros à régler sur place.

                              N'oubliez pas de réserver auprès de Pierre-Jean BLAZY !

    pierrejeanblazy@lesmotsdazur.fr

    Illustration By Fridolin freudenfett - Own work, CC BY-SA 4.0,

     

  • LE MANTEAU DIGNE DE NOS JOURS

     

    Et l’étrange vendredi est venu.

    Le soleil venait du Var, emmené par une brise revigorante.
    Un heureux présage.

    C’est nos retrouvailles, après sept longs mois d’éloignement forcé.

    La poésie est de retour, en un autre lieu, à quatre cents mètres à vol d’oiseau du Chateau de Mouans-Sartoux qui est notre résidence.

    Ce soir la salle Léo Lagrange nous ouvre les bras.
    Elle porte le nom du ministre des
     loisirs du Front Populaire, mort au combat en 1940.

    Devant cinquante-huit paires d’yeux attentifs et curieux,
    Ada Mondès entre en scène :

    Ada MONDES

    Il est des nuits dont on ne revient pas
    le cœur décortiqué
    fragile sans l’écorce
    humide ou rassis
    avec toutes les histoires
    pluvieuses avides violentes brûlées
                            (…)
    Moi
    Avec ce cœur où nul homme n’a jamais tenu debout
    j’irai tannée de soleil mort
    chercher la clé de l’ailleurs

    A la guitare Arnaud Pelletier fait preuve d’une rare complicité avec la jeune poète.
    Les cordes étincelantes et la fluidité des mots nous portent sur les routes d’un monde qui se révèle.

    Ada Mondes et Arnaud Pelletier

    Je te ferai un poème avec un petit narval
    les meurtrières amoureuses d’une tour en flamme
    une symphonie d’herbes lentes sous la marée du futur
    un hippocampe en fleurs une épiphanie à Prague
    des barbares à genoux devant l’été
    et des couteaux de lin
    pour tresser de mots si denses
    le manteau digne de nos jours

     

    Ce récital est un voyage immobile, une danse et aussi un chant.
    Ada Mondès étonne et rapproche.
    Ses paroles entre en nous, comme un lien qui libère.

    Ada Mondes à Mouans

    Viens, viens continuer la route, suivre les infinies 
    terminaisons ! (…) La terre est un parcours inépuisable.
    Dans la coupe de nos mains, la cendre des questions(...)
    Un lieu n’est qu’un moment, comme un poème, un prétexte  
    de pléiades, le refrain d’une promesse, une chance              
    inventée, une très vieille chanson sur les lèvres closes, un  chant d’amour, toujours à recommencer.

     

    La scène ouverte s’avance, et vous êtes huit pour fêter l’arrivée de l’automne, avec une stricte parité entre femmes et
    hommes. Madeleine-Marie Davaine, David Cardoso, Alexia Aubert, Cédric Jacob,
    Muriel Brosset, Claude Labadie, Marie Gay et Patrice Alzina viennent sous les lumières partager la mélodie
    de leurs mots, dans la diversité des styles et une belle qualité.

    Madeleine-Marie Davaine

    Madeleine-Marie Davaine

    David Cardoso

    David Cardoso

    Alexia Aubert

    Alexia Aubert

    Cédric Jacob

    Cédric Jacob

    Muriel Brosset Muriel Brosset

    Claude LabadieClaude Labadie

    Marie GayMarie Gay

    Patrice AlzinaPatrice Alzina

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis c’est le moment tant attendu du chant final, avec la présence au milieu de nous de Pauline Sicot,
    mezzo-soprano faite de grâce et de charme, qui va faire vibrer les murs et résonner longtemps
    les applaudissements.

    Pauline Sicot

    Pauline Sicot

    Pauline Sicot et Laure Temporale

    Pauline Sicot et Laure Temporale

    Douze minutes près du ciel.
    Cela ne s’oublie pas.

    Pierre-Jean Blazy et ses invités

    Il ne reste plus que le buffet, à la configuration spéciale et sage.
    Des sourires éclairent les visages.
    Il fallait vivre cette soirée, qui restera dans notre souvenir.

    Inconcevables beautés
    dans l’autre moitié de moi

    Un jour de pluie
    que ferais-je sans toi
    au fond des ténèbres
    dans le bal des ombres

                          (PJB)

    Lire la suite

  • UN FESTIN SOUS LA LUNE

    L’été jette ses derniers feux, et il est temps de faire revivre la poésie,
    le chant et la musique.

    Après sept mois d’interruption forcée, c’est la grande rentrée de nos soirées des Mots d’Azur, et vous êtes cordialement conviés le vendredi 18 septembre à 19 heures à la salle Léo Lagrange en plein cœur de Mouans-Sartoux, 11 allée des Écoles, à proximité immédiate du cinéma La Strada et de la médiathèque.

    Celle salle beaucoup plus grande que celle du château permettra de respecter la
    distanciation, et de vous accueillir dans d’excellentes conditions. Pensez cependant à prendre un masque...


    J’ai confié notre rentrée à Ada Mondès, jeune poète réputée qui parcourt le monde, et qui, pour quelque temps, a posé sa valise dans la charmante cité d’Hyères-les-Palmiers.

    Elle sera accompagnée par le talentueux guitariste Arnaud Pelletier.

    Ne manquez pas ce grand moment qui nous fera goûter à nouveau à la joie de partager la beauté.

    La scène ouverte peuplera ensuite la grande scène de Léo Lagrange, avant la voix très attendue de l’envoûtante soprano Pauline Sicot et le piano de Laure
    Temporale.

    Puis un buffet assis, pour garantir la distanciation, nous réunira dans un large espace.
     
    Je vous invite dès maintenant à vous y inscrire (12€) par retour de courriel.

    A bientôt, pour nos retrouvailles !
     
                                            Je cherche ce soir
                                           l’éclat nocturne de ton regard
     
                                           Une calèche passe dans la nuit
                                           Au loin les bruits
                                           d’un festin sous la lune
                                           parlent au ciel qui luit
                                                          (PJB)
     
    Pierre-Jean Blazy

    Lire la suite