Muriel BROSSET

QU'EST CE QUE TU ATTENDS ?

 

T'arrive-t-il en ces temps

De t'ouvrir ... pas au pire

De chanter en te levant

D'être simple en paix

De danser avec le vent

Humble en toi rassemblé

De nourrir ton empire

De recevoir des amis

De donner sans reprendre

De croire en toi la VIE

D'espérer tant d'apprendre

D'accepter les coups retors

De rire de tes erreurs

Sans grands regrets ni remords

De travailler tes revers

De choisir seul ton bonheur

Pour couler dans l'univers

Non ? Qu'Est-ce que tu attends

De n'avoir plus le temps ?

 

Muriel BROSSET 1995

 ∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

DIS REVEILLE-TOI

 

Tu es bien pénard au chaud dans tes pantoufles

Tu t'es perdu de vue, préfèr' te résigner

Pas trop veinard et souvent à bout de souffle

Car même pas reconnu pour ce que tu fais

Donnes tout au boulot, ta paie n'est pas jojo

D'ailleurs tu joues au loto, comm'en rituel ça peut te rapporter gros, bon gâteau du Ciel !

Tes satanées prisons sont tellement fades Te font penser, n'es qu'un con, tu t'en évades

Après le boulot, un répit bien mérité

Comm'ce fardeau, tu le subis, ta liberté

Tu suis les infos et t'abrutis de télé ;

Juteuse daube "remijotée" chaque soir Jusqu'à l'aube, si excité, certains soirs

En fait, tes priorités se sont déplacées

Tu te laisses bouffé par des banalités

Tu te remplis bien des histoires des autres

Mon Dieu ! sont trop pour toutes les enregistrer

Tes yeux mi-clos voient, somme toute, défiler

Sec, tu en oublies ton histoire et l'autre

Avec qui au départ, tu voulais partager.

 

Et dis, réveille-toi, plus rien à lui dire

Tu partages quoi ?

Ce rien, c'est là le pire

Dis, qu'est-ce qu'il t'arrive ?

T'es à la dérive...

Change ton cœur avant que tes peurs te mangent.

 

Rappell'-toi avant, quand vous vous êtes connus

Ciel pour toi ! T'avais tes grands sentiments à nu

Tu n'vivais que pour son bien-être, ta cible

Prenais le temps de lui être disponible

Tu aimais l'énergie qui vous enveloppait

Et tu pensais de ce profit le mériter

Ta joie laissait tous tes râles à la traîne

Rappell'-toi, c'était ta bouffée d'oxygène

Ta loi était dictée par vos désirs charnels

Parfois, t'arrivait d'sentir t'pousser des ailes

Et souviens-toi du regard que tu lui portais

Viens à revoir son regard qui te reflétait

Vous aviez le projet de vous aimer, d'aimer

Vous donnez, vous apporter, de vous dépasser

Chaque jour, vous vous ressentiez vivants, pas morts

Avec cet amour, vous vous sentiez grands et forts.

Recherche l'erreur et un peu d'honnêteté

Mais cherche dans ton intérieur ta vérité...

Pourquoi vis-tu, acceptes-tu cette vie-là

Pourquoi réduis-tu à un concept aussi bas ?

 

Et dis, réveille-toi, plus rien à lui dire

Tu partages quoi ?

Ce rien, c'est là le pire

Dis, qu'est-ce qu'il t'arrive ?

Sors de cett' dérive

Change ton cœur avant que tes peurs te mangent.

 

Muriel BROSSET 2015

 ∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

(tous droits réservés)

 

Contacter l'auteur :

Courriel :http://murielbrosset.wix.com/poussieredetoile

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site