LE SOUFFLE DU LEZARD‏

343bis

La nuit doucement s'est installée et dans le Château bruisse le murmure régulier de vos conversations.

 

Il faut les vocalises de 357bisGilbert Trem, et le son mêlé de la guitare et de la contrebasse 399bisd'Olivier Thiry pour que la grande salle pleine ce soir encore accueille

les mots de 376bis Daniel Biga:

 

 

longtemps après la péniche                                       dans le silence

la vague                                                                 un souffle de lézard

atteint la rive                                                          sur l'ardoise tiède

 

                                     pavés chauds aux pieds

                                    parfum de mai

                                    l'eau tremble

 

 

 

 

Les voix chaudes, intimes,

386bis de Daniel et Moina se succèdent et emportent les esprits vers des contrées oubliées.

 

 

deux corneilles                                           coude au corps courant

poursuivent l'épervier                                 au long des allées reverdies

sur l'océan                                               bouffées de tilleul

 

                                 mouette mobile blanc

                                 suspendu

                                 au crépuscule

 

 

Le temps hésite. Puis s'arrête. Le fond musical acoustique, étrange et coloré de Gilbert Trem et Olivier Thiry emporte la musique des mots.

 

bien avant la nuit                                           le soleil de printemps

un tranquille sourire de lune                          n'est pas à l'heure

flotte vers l'ouest                                         d'été

 

                                      au nord

                                      c'est le printemps pluvieux

                                     en bas l'été solaire

 

 

426bis    

C'est une coupe au breuvage inconnu qui s'offre à nous. Entre nos tempes voici ce doux frémissement que l'on croise sur le chemin du bonheur.

 

banlieue immense où tu passes                            à la source fraîche

sans rien voir: soudain partout                            trois cents papillons

le bleu liseron                                                  enivrés de menthe sauvage

 

                                        festins de village

                                        bals dans la nuit s'envolent

                                       des vallons aux collines

 

Mais revoilà la vie terrestre. Un peu de baume sur la souffrance partagée.

Voilà ce que sont aussi les courts voyages

de 409bisDaniel Biga:

 

 

l'été n'est pas fini                                         brouillard

pourtant les vacances                                  ce matin le fleuve n'a pas

finissent                                                    d'autre rive

 

                                       la corne de brume

                                       accompagne

                                      la nuit

 

 

 

657bis

On ne voudrait pas de fin. Une telle poésie amène le printemps sans un hiver.

 

crinière blanche                                          le pied

rouleaux chevaux écumants                         de l'arc en ciel s'enfonce

la marée remonte                                       dans la mer

 

                                      ce soir on s'endormira

                                      cristaux de neige

                                      sous les paupières

 

Le temps flotte à l'horizon et on ne le perçoit plus. La dégustation se prolonge:

 

ma maison flotte dans l'univers                       

à la merci des dieux ou des titans des lutins     

et des vents                                               

 

 

                                                                la ville pollue la nuit

                                                                le lampadaire qui la combat

                                                               ne vaut pas la lune

 

 

                     ton visage maintenant s'estompe

                     tout à fait

                    passé du côté des ombres grises

 

 

 

Puis Daniel Biga salue, avant une longue salve d'applaudissements pour le trio réuni !

 

                                              comme toi

                                              bientôt je ne serai plus qu'atomes

                                              dans la lumière froide des étoiles

 

 

 446bis      731bis

 

Maintenant la scène est à vous, et cette fois aussi 461 001bis Irène Leneuveu l'ouvre de fort belle manière, avant d'écouter les voix et les mots juteux, parfois déconcertants, de 474bisMaryse Dutouya,

520bis Fabien Tomatis,

488bis Michel Orion,

526bisPatrice Alzina,

544bisDaniel Galand,

492bis Myriam Holley,

465bis Louis Champavier,

509bis Claudia Bartolo,

552bis Florence Martinie, et

564bis Francine Savary.

 

Puis c'est au tour de nos amis comédiens 615bis Pascal Giovanetti,

603bis Alexandre Luccini,

628bis Pierrot de Vence,

582bis Myriam Primus,

645bis Géphi, et

la grande 662bisMichèle Freud de nous livrer leurs talents réunis.

 

 

Avant 683bis Michelle Salzman, piano et chant, qui nous emmène en beauté

vers le 707bis buffet d'automne. 776bis

 

Mais nous reviendrons.

Après les frimas de l'hiver.

A la fine pointe de l'âme.

 

Mouans sartoux 20 novembre 20151 003bis

Pierre-Jean Blazy

350bis

 

COMPTE RENDU poesie mots d'azur chateau chateau.mouans-sartoux

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×